20 septembre 2021

Il n’y a pas de suicides, il n’y a que des meurtres.

Elsa Triolet

 

Il y a six ans, le 20 septembre 2015, l’adolescent dont j’ai modifié le prénom en « Paul-Alexis » choisissait de mettre un terme à ses souffrances morales.

Malgré leurs différences de statut, j’ai eu l’occasion de rapprocher son cas de celui d’un frère dominicain, le frère Philippe Dockwiller qui, moins d’une année plus tard, prit la même regrettable décision.

Aujourd’hui, je dois ajouter à ce martyrologe le nom du cinéaste Iván Noel qui, en philosophe stoïcien, a décidé de « partir pour l’au-delà » en juillet dernier (cf. le Bulletin trimestriel n°24 référencé ci-dessous).

La phrase d’Elsa Triolet –  tirée de son roman Les Fantômes armés, et trop peu citée –  vaut tout particulièrement pour eux trois. En nous remémorant leur drame intime, efforçons-nous de ne jamais nous ranger, par nos jugements moraux, du côté des meurtriers.

Bulletin trimestriel Q-F n°24

Sommaire du BTQ-F 24 (14,8 Mo)

[Actualités] – Iván Noel : le suicide romain d’un cinéaste hors du commun.

[Argot] – Du mot tarlouze.

[Sculpture et poésie] – Les enfants de chœur de Luca della Robbia .

[Littérature et arts] – Achille Essebac photographe.

[Recension] – Caspar Wintermans : Un scandale Belle Époque, l’affaire d’Adelswärd à travers la presse parisienne.

[Nécrologie] – David Thorstad (1941-2021).

Bulletin trimestriel Q-F n° 23

[Toutes nos excuses aux internautes qui ont une connexion lente pour la taille volumineuse du fichier PDF de ce numéro d’été.]

Sommaire du BTQ-F 23 (33,4 Mo)

[Psychologie] – L’instinct de paternité chez André Gide : de Nicolas, fils rêvé, à Nicolas, petit-fils réel.

[Culturisme et homosexualité] – À propos de Mark Nixon, le mannequin masculin à la beauté plastique toute en finesse : l’information manquante. Défaut de statistiques d’homosexuels assassinés.

[Histoire des mœurs] – L’artiste de music-hall et parolier Jean Lyjo : une vie réussie malgré une fin tragique.

[Biographie des musiciens] – Éléments récents sur un élève de Chopin, le pianiste et compositeur Adolph Gutmann (1819-1882).

[Peinture] – L’esthétique masculine d’il Cavaliere Swarssi (Michael Sweerts).

NB : Une coquille dans le fichier PDF a été corrigée le 22/06/2021 au matin.

Bulletin hors-série n°11

Les surréalistes et l’homosexualité

Sommaire du n°11  (14 Mo) :

I – Opinion des surréalistes sur l’homosexualité et l’onanisme (1928)

  • Notices biographiques concernant les surréalistes oubliés

II – Édouard Roditi (1910-1992) un témoin de son temps à la subjectivité assumée

III – L’homosexualité contrariée et refoulée d’André Breton selon Roditi

  • L’unique amour platonique de Breton : Jacques Vaché
  • Le drame fondateur

IV – Le destin tragique de René Crevel

  • L’amour malheureux de Crevel pour Eugène McCrown

Le prochain Bulletin hors-série sera consacré au surréalisme

André BretonNous mettrons prochainement en ligne un mini-dossier intitulé Surréalisme et homosexualité.

Ce bulletin consacré au surréalisme portera le numéro 11.

Rappelons à cette occasion que tous nos bulletins sont téléchargeables gratuitement et que, s’agissant des « hors-série », leur liste apparaît lorsqu’on choisit « Hors-série » dans le menu déroulant « Bulletins Q-F (gratuits) ».

Comme toujours, Q-F tentera de projeter une lumière originale sur tout ce qui a été déjà écrit.

En l’occurrence, nous avons choisi de suivre et d’exploiter le témoignage d’un écrivain franco-américain un peu oublié, qui accompagna les surréalistes en tant qu’éditeur et ami lucide : Édouard Roditi (1910-1992).

Bulletin trimestriel Q-F n° 22

Garçon à la flûte d'Auguste Maillard

Sommaire du BTQ-F 22 (21,5 Mo)

[Histoire de la littérature et de l’édition] – Autour des fiançailles, au Paradou, de Georgette Charpentier avec Abel Hermant : Hermant, avant la moustache-guidon.

[Sculpture] – L’art funéraire d’Auguste Maillard, à propos d’une curieuse statue présente au nouveau cimetière de Neuilly.

[Édition ] – Transmettre le flambeau en langue espagnole : l’ambition d’une jeune maison d’édition, l’association culturelle Amistades particulares.

[Littérature] – Une recension et un extrait de la nouvelle De jeugd van Judas (La Jeunesse de Judas) de Jef Last, non encore traduite en français. Par Olius Belombre.

 

Bulletin Q-F hors-série n°10

Saint-SaënsCamille Saint-Saëns intime, pour tordre le cou à la légende d’un « Saint-Saëns homosexuel »

Ce bulletin hors-série fait le point sur les éléments de la vie de Camille Saint-Saëns qui ont pu conduire les contemporains à se méprendre sur l’absence de cœur ou de sensibilité de l’homme. L’objectif initial était d’établir une comparaison avec le sort que la postérité a réservé à Abel Hermant.

La légende d’une sécheresse d’âme n’est pas la seule qui se soit construite autour des personnalités de Saint-Saëns et d’Hermant. Mais si l’homosexualité d’Abel Hermant est avérée, celle de Saint-Saëns ne l’est pas du tout. Ce bulletin a donc aussi pour objectif de tordre le cou à la légende « Saint-Saëns homosexuel » répétée par paresse et ignorance – quand elle ne fournit pas matière à une surenchère involontairement comique.

Hommage à Camille Saint-Saëns dans un prochain bulletin hors-série

Camille Flammarion et Camille Saint-SaënsLe 28 novembre 1888, Camille Saint-Saëns accompagna à l’orgue de l’église Saint-Thomas d’Aquin le mariage religieux de Georgette Charpentier avec Abel Hermant. Ce dernier, qui n’était pas superstitieux (il l’a écrit, en ajoutant un : mais… suivi d’anecdotes étranges) n’imaginait pas qu’il allait partager avec Saint-Saëns un fatum commun : Saint-Saëns avait perdu en 1878, coup sur coup, deux enfants, après quoi il s’était séparé de sa femme et vécut librement, alimentant ainsi des bruits sur son « homosexualité  ». Abel connut le même sort : il perdit son fils légitime en 1891 après avoir perdu, début 1888, une fille naturelle. Il se sépara de sa femme et vécut aussi très librement. Camille et Abel produisirent chacun une œuvre abondante (précoces tous deux, ils moururent tous deux nonagénaires) et partagèrent une réputation d’insensibilité, de dureté, à l’opposé de leur véritable nature. C’est ce que je m’appliquerai à démontrer pour Camille Saint-Saëns, après l’avoir fait dans un essai pour Abel Hermant.

On commémore cette année le centenaire de la disparition de Camille Saint-Saëns (mort à Alger le 16 décembre 1921), et Q-F apportera ainsi une toute petite pierre aux différentes cérémonies qui marquent cette commémoration en 2021.

La photo ci-dessus représente deux Camille : Flammarion aux côtés de Saint-Saëns. Tous deux furent présents au mariage religieux d’Abel Hermant. On sait que Saint-Saëns, intellectuellement très doué, fut un astronome amateur, ce qui explique son amitié pour Flammarion.

Bulletin trimestriel Q-F n°21

Sommaire du BTQ-F 21 (25,5 Mo)

[Lexicographie] – Le mot Lapin dans le jargon des écolier, du XIXe siècle jusqu’au milieu du XXe siècle.

[Peinture] – Un portrait oublié de Jacques d’Adelswärd-Fersen : un pastel datant de 1901 signé Émile Schuffenecker.

[Histoire des mœurs ] – Un témoignage sur la pédérastie en Chine recueilli en 1902 et 1903 par Georges Hérelle.

[Sculpture] – À propos de la couverture de L’Affaire Jeanson : filiation entre statuaires italiens, français et portugais.

 

1 2 3 14