Couverture :
Reconstitution « artistique » de la planche IV en noir et blanc parue dans l’article de Steinach Caractérisitques histologiques des gonades chez des homosexuels





 

Jean-Claude Féray

La découverte des cellules F de l’homosexualité masculine

un épisode méconnu de l’histoire des sciences dont Eugen Steinach fut le héros malheureux.

Préface de Jean-Louis Fischer


 

2020 – 87 pages – 14.5x21cm – 19 € – ISBN : 978-2-9551399-8-1

Au lendemain de la Grande Guerre, le monde savant apprenait avec étonnement qu’un homosexuel avait subi une métamorphose hétérosexuelle à la suite d’une castration bilatérale suivie de la greffe d’un testicule sain.
Le chirurgien urologue Robert Lichtenstern et l’endocrinologue Eugen Steinach qui annoncèrent cet exploit ouvrirent sans le savoir un épisode dramatique dans une controverse scientifique à tiroirs, connue sous le nom de querelle de la glande interstitielle. Leur essai chirurgical fut immédiatement suivi de cinq autres, aux résultats tout aussi prometteurs. Et un an à peine après le premier exploit, Eugène Steinach annonçait sa grande découverte, grâce à l’examen histologique des gonades des homosexuels castrés : l’existence de Cellules F. Spécifiques des testicules des homosexuels, voilà, enfin trouvées, les responsables de l’orientation de leur sexualité.
La querelle de la glande interstitielle, née après la découverte des savants français Ancel et Bouin, fut une dispute théorique qui dura une trentaine d’années.
L’épisode des cellules F de Steinach qui enthousiasma Magnus Hirschfeld ne dura que six ans, mais il comporta des applications pratiques malheureuses touchant la vie de plusieurs dizaines d’homosexuels.
Ce petit livre retrace l’histoire de la découverte des cellules F dans son contexte scientifique et social. Il permet aussi de comprendre pourquoi cet épisode malheureux fut très vite effacé de nos mémoires.

L’auteur, Jean-Claude Féray, a mené une grande partie de sa vie professionnelle comme ingénieur au sein de l’Inserm.