Le registre infamant
Couverture :
La Douleur, tableau d’Oliver Frey (Zack) (coll. part.)



Le registre infamant

2012 – 538 pages – 14.5x21cm – 29€ – ISBN: 978-2-9532885-6-8

3 ministres
6 députés
6 diplomates
36 aristocrates (dont un faux)
6 pairs de France
18 hommes de lettres
3 académiciens français
7 savants
18 acteurs de théâtre
21 ecclésiastiques
7 gérants de sociétés
4 notaires
9 médecins
4 hauts fonctionnaires
8 officiers de haut grade…

et une cinquantaine de professions différentes, dont certaines inattendues, soit au total près de 600 noms portés dans le Registre infamant.

Composé essentiellement vers la fin de l’année 1852 et achevé au tout début de 1853, ce registre nominatif de « pédérastes » de la Préfecture de police constitue une sorte de photographie réaliste, complète et saisissante, de la vie homosexuelle parisienne au XIXe siècle avant le second Empire. Par le biais d’articles biographiques très courts, au vocabulaire volontiers cru, voire argotique, ce document – unique au monde – nous restitue outre des délits, décrits avec exactitude, des signalements, ainsi que l’opinion policière sur les faits rapportés comme sur leurs acteurs.

Écrit par la police pour la police, sans les précautions d’usage, ce texte est par conséquent plus authentique que tout ce qui a pu être publié sur la « pédérastie » à la même époque, qu’il s’agisse de romans ou de témoignages. C’est tout un versant de l’univers esquissé par Honoré de Balzac qui se trouve décrit de manière exhaustive, vraie, sans périphrase.

Le document, transcrit fidèlement, est éclairé et complété par un Dictionnaire des noms propres et des noms communs relatifs au seul premier registre, qui permet de reconstituer ce secteur particulier de la vie parisienne comme cela n’avait encore jamais été fait.

Enfin, en Annexes, sont regroupées d’autres sources documentaires concernant la même période, de manière à corroborer et à compléter les informations capitales fournies par ce registre.


Liens :