Les secrets d'Abel Hermant




Jean-Claude Féray

Des amitiés particulières aux paternités singulières : les secrets d’Abel Hermant

2019 – 160 pages – 14.5x21cm – 22 € – ISBN : 978–2-9551399-7-4

Lorsque au début du XXe siècle, Abel Hermant s’afficha devant le Tout-Paris en compagnie d’un prétendu « fils adoptif », un jeune et bel éphèbe prénommé Joachim, de lourds soupçons pesèrent sur la nature de leur relation. On sait que Marcel Proust participa, par des interrogations faussement naïves, à répandre ces soupçons.
Se pencher sur la vie de garçon qu’a menée le jeune Abel Hermant permet de lever un coin du voile. On découvre que Joachim était en vérité le frère utérin d’une fille naturelle qu’Abel Hermant avait eue à vingt-deux ans, en 1884, quatre années avant son mariage : Madeleine, « née de père inconnu » et morte après dix jours d’existence.

Mais cette vérité énoncée, loin d’épuiser le sujet des paternités singulières d’Abel Hermant, ne fait que laisser entrevoir des secrets. Il faut confronter sa biographie avec toutes les révélations que l’écrivain a semées dans son œuvre abondante pour saisir combien les amitiés particulières qu’éprouva Abel Hermant ont interféré de manière troublante avec ses inclinations paternelles. Le projet de ce livre est d’en dresser un tableau succinct. Ce faisant, il ouvre un champ d’hypothèses d’ordre anthropologique sur ce sur quoi repose « l’instinct paternel ».

Loin de noircir la personnalité d’Abel Hermant, ces données contribuent à démolir la légende d’un homme froid, indifférent au sort d’autrui. Jamais un être sensible n’est parvenu mieux que lui à éviter toute souffrance par l’écriture, jamais un homme n’a mieux que lui réussi à tout oublier de ses malheurs en s’efforçant d’aligner des mots rigoureusement choisis pour composer une œuvre dense et éminemment respectable : l’histoire de la société bourgeoise de son temps.