Les plus belles pages jamais écrites en langue française sur la paternité

Abel Hermant par Raphaël Drouart

Nos lecteurs auront plusieurs raisons de s’intéresser au prochain ouvrage (à paraître en septembre) dont le titre est : Des amitiés particulières aux paternités singulières : les secrets d’Abel Hermant.

En premier lieu, ceux qui ont lu Une folle amitié de collégien auront confirmation que l’auteur a relaté une histoire véridique – ce qu’il a expliqué en sa préface du Disciple aimé.

Grâce aux lettres qu’Abel Hermant a écrites à son ami américain George Hall, lettres conservées en la bibliothèque de l’Université Yale (merci infiniment à Olivier Sorin de nous en avoir offert une transcription), nous savons que George Moore, le héros du roman, celui qui a été tyrannisé par l’amour d’un camarade plus âgé de la pension Galliard à Lausanne, s’appelait dans « la vraie vie » George Hall.

Il y a mieux : ces lettres nous montrent que l’amitié d’Abel Hermant pour George Hall était une amitié particulière. Les deux jeunes gens avaient fait connaissance en 1882, lorsque George Hall avait dix-neuf ans et suivait les cours de l’École des Beaux-Arts de Paris. Abel Hermant avait, lui, un an de plus. Nous dévoilerons l’identité de ce George Hall que la bibliothèque de l’Université Yale semblait ignorer puisqu’elle mentionne « a man named George Hall », identité que nous avons trouvée après un an de recherches.

Mais quel rapport entre cette amitié particulière et les paternités singulières d’Abel Hermant ?

C’est ce que découvriront nos lecteurs en même temps qu’ils prendront connaissance de la vie de jeune homme qu’a menée l’Académicien français.

Cette vie de libertin de la Belle Époque, un libertin fils de la haute bourgeoisie parisienne, explique paradoxalement l’adoption, au début de la Première Guerre mondiale, du jeune et bel adolescent qu’Abel Hermant a choisi pour fils.

Le livre à paraître s’appuie sur des pépites de l’œuvre trop abondante d’Abel Hermant. On pourra y lire notamment ce qui constitue pour nous les pages les plus sublimes jamais écrites en langue française sur la paternité et le désir de paternité.

Ici : la Table du livre.