Olmetta
Couverture :
Académie d’homme
Dessin à la mine de plomb par Gustave Moreau
(Rome, 1858)



Renaud Icard

Olmetta

2013 – 154 pages – 14.5x21cm – 21 € – ISBN : 978-2-9532885-7-5

« Livre juvénile, d’une lecture rafraîchissante ; livre plein d’élans, de parfums, d’espoirs, de naturelle poésie, de discrète souffrance ; confidence à mi-voix qu’on est ému de recueillir ! »

C’est par ces mots que Roger Martin du Gard formula le plaisir que lui procura la lecture d’Olmetta de Renaud Icard, paru en 1946. La relation d’un amour profond, né d’une émotion esthétique, qu’éprouve un peintre encore jeune pour un adolescent corse d’une beauté parfaite, ne pouvait que charmer Roger Martin du Gard.

Quant à la fascination qu’exercent, sur ce peintre, les religions païennes parce qu’elles magnifièrent le corps humain et célébrèrent la beauté des éphèbes, elle ajouta un élément de réflexion qui plut à Martin du Gard : les deux écrivains débattaient des questions spirituelles avec un ami commun qui partageait leurs goûts esthétiques, le père jésuite Auguste Valensin.

La singularité de ce roman est de mêler les considérations philosophiques et religieuses qu’inspirent la beauté et la mort, au récit d’un amour resté platonique, malgré « les brutalités du désir ».

Écrit vers 1908, Olmetta murit lentement avant sa publication en 1946. Renaud Icard sacrifia cinq chapitres qui sont restitués ici pour la première fois. Des poèmes et des aphorismes sur les garçons dans la tonalité du roman et restés inédits sont adjoints à cette édition, qui bénéficie en outre d’une préface ainsi que d’une postface éclairantes.


À voir également :