Un amour d'ebene

Couverture :
Aleixo et Amado



Adolfo Caminha

Un amour d’ébène

Nouvelle traduction française, par Alexis Pereira de Gamboa,de Bom-Crioulo d’Adolfo Caminha. Postface de Jean-Claude Féray.

2010 – 224 pages – 14.5x21cm – 22 € – ISBN : 978-2-9532885-4-4

Un Amour d’ébène (titre original : O Bom-Crioulo, surnom du héros qui signifie « le Bon-Noir ») est un roman exceptionnel.

En effet, l’année même où Oscar Wilde fut condamné aux travaux forcés, en 1895, un écrivain de vingt-huit ans osa traiter ouvertement, dans un roman, d’un sujet qui avait fait reculer Émile Zola et frémir d’effroi ou d’indignation toute l’école naturaliste française. Un sujet honteux que l’on commençait à peine à désigner sous le nom d’homosexualité ou d’uranisme.

Cet auteur brésilien, Adolfo Caminha (1867-1897), s’est hasardé à décrire – avec quelle maestria ! – une passion, telle qu’il a pu en observer dans la marine impériale où il avait quelque temps servi : l’amour exalté, possessif, d’un matelot noir, Amaro, un athlète au caractère trempé, pour un blondinet d’une grande beauté, un jeune mousse de quinze ans prénommé Aleixo. À la peinture du bonheur paisible des deux amants va succéder celle des affres de la jalousie suscitée par l’intérêt soudain du mousse pour une femme mûre, experte en volupté, la plantureuse Carolina.

Le cadre sublime du roman (Rio de Janeiro, l’océan Atlantique, les navires militaires ou marchands) et les différents thèmes abordés en dehors du thème central (les rapports de classes, de races et de sexes dans la société brésilienne post-abolitionniste ; l’inhumanité des sanctions disciplinaires dans la marine ; les ravages de l’alcoolisme…) font de ce roman un classique de la littérature universelle. C’est là un titre éminent et un privilège que peu de classiques de la « littérature gay » méritent vraiment. Un Amour d’ébène figure incontestablement parmi les chefs-d’œuvre universels que tout honnête homme devrait avoir lus.


À voir également :