Une-folle-amitie-de-collegien



Abel Hermant

Une folle amitié de collégien

2014 – 245 pages – 14.5x21cm – 22 € – ISBN : 978-2-9532885-8-2

George, bel enfant blond, a quatorze ans lorsqu’il entre dans une institution de Lausanne où ses parents américains l’ont inscrit comme pensionnaire. Jean-Baptiste, dix-sept ans, y est externe. Ce dernier a « la bosse des amitiés particulières » : dès qu’il aperçoit George, il en tombe éperdument amoureux. Il tente aussitôt, mais en vain, de s’en faire aimer. Comme il est très religieux, le protestant Jean-Baptiste se persuade qu’il a une Mission à accomplir : convertir George, qui est catholique, au calvinisme. Et puisque la cause est sublime, son amour se mue en une tentative de possession jalouse, despotique, de son petit ami, pour lui seul.

« Livre singulier, bizarre, œuvre d’artiste et d’observateur minutieux. » C’est le jugement que Guy de Maupassant porta sur le roman d’un tout jeune normalien, qui se lançait en littérature : Abel Hermant. L’appui d’Alphonse Daudet permit la publication en 1885 de La Mission de Cruchod (Jean-Baptiste) chez Dentu. Nous ignorons pourquoi l’auteur crut bon de remanier son roman pour le publier neuf ans plus tard sous le titre Le Disciple aimé. Notre édition reprend le premier récit, plus riche en réflexions sur les amitiés particulières ; mais elle accepte aussi deux modifications importantes apportées dans la seconde édition. D’où la nécessité d’un nouveau titre, puisé dans le texte même d’Abel Hermant.

Abel Hermant (1862-1950) fut un grand écrivain classique. Vers la fin de sa vie, il revint à ses amours premières de normalien : la grammaire et les questions de langage, qu’il traita sous le pseudonyme de Lancelot. Élu à l’Académie française en 1927, il en fut radié en 1945 pour avoir écrit dans des journaux collaborationnistes durant l’Occupation.
Une post-face résume, dans le cadre de ce roman, ce qu’il importe de connaître de la vie et de l’œuvre de ce romancier talentueux.


À voir également :