Un communiqué de l’inspecteur Lisaneur

L’inspecteur Lisaneur informe les lecteurs du roman La Friponnière

(https://www.quintes-feuilles.com/La-Friponniere/)

qu’il n’existe aucune relation entre l’assassinat narré dans l’œuvre de fiction dont il est l’un des héros et le double assassinat qui s’est déroulé cette nuit à Pantin, dans le quartier La Courtilière :

http://www.leparisien.fr/seine-saint-denis-93/pantin-deux-femmes-poignardees-a-mort-un-homme-arrete-10-07-2016-5957499.php

Du nouveau sur François Roch Ferré

Registre écrou

Registre d’écrou de la ville de Châteaudun

François Roch Ferré est cet instituteur, arrêté en 1842 pour attouchements sexuels sur ses élèves, que les éminents aliénistes Alexandre Brierre de Boismont, Guillaume Ferrus et Achille-Louis Foville ont examiné dans le cadre d’une contre-expertise passionnante, laquelle a été publiée dans le premier numéro des Annales médico-psychologiques.

Le cas de François Roch Ferré a été depuis abondamment cité (notamment par Michel Foucault ; Jean-Marie Besset a rédigé une pièce de théâtre au sujet de l’expertise psychiatrique de Ferré) et je lui ai moi-même consacré un article dans la série des six grands procès du XIXe siècle qui ont marqué l’histoire de l’homosexualité (cf. BMQ-F d’avril 2014), en essayant d’apporter des éléments nouveaux.
Hélas, en raison de la destruction (inexplicable) des archives de justice de Chartres et de celles de Châteaudun par un bombardement au cours de la Seconde Guerre mondiale, je n’ai pu disposer comme élément nouveau que du registre d’écrou de la maison d’arrêt de Châteaudun.

Une clé pour retrouver l’État civil de François Roch Ferré dont je découvrais que François était le prénom usuel (et non pas Roch), était la commune de sa naissance, située en Eure-et-Loir. Or, cette clé, comme on peut en juger sur la reproduction ci-dessus, était illisible : on devinait quelque chose comme Myhirnan ou Myhirneun, noms de communes qui n’existent pas.
Le cas de cet instituteur était suffisamment remarquable pour déployer quelque énergie afin de connaître son destin ultérieur. Qu’est devenu ce personnage, capable de tenir des discours libertaires et déconcertants sur la sexualité et tenu pour fou par les aliénistes de son temps ?
Voici des éléments nouveaux dont l’un est suffisamment étonnant pour être susceptible de permettre un réexamen du cas de François Roch Ferré. Lire la suite

Bulletin trimestriel n° 2

image du BTQ-F2

Sommaire du Bulletin trimestriel n° 2 de 2016 BTQ-F2

[Histoire de la littérature et de la musique] – Un génie méconnu : Jean Barraqué (1928-1973).

[Libre expression] – Une analyse historique du sigle LGBT par David Thorstad.

[Arts] – Quelques sculptures garçonnières du comte d’Astanières.

[Journalisme et littérature] – Actualité de Jean de Bonnefon.

[Art et littérature] – Les relations inamicales de Gaston Goor, illustrateur de L’Étoile du soir, avec Henry de Montherlant.

[Libre expression] – Lettre ouverte aux catholiques au sujet de leur erreur stratégique fondamentale sur la question de la pédophilie, par L. K.

Dernier titre paru :

couverture KervranLes dix et une nuits de Jean Barraqué et Michel Foucault à Trélévern
par
Christian-François de Kervran

Au printemps 1952 le philosophe Michel Foucault et Jean Barraqué, compositeur de musique sérielle, passent onze nuits au bord de mer dans le village de Trélévern (Côtes-du-Nord). Ils sont jeunes, respectivement vingt-six et vingt-quatre ans et encore inconnus. En 1951 Foucault a été reçu à l’agrégation de philosophie. En 1952 il obtient un diplôme de psychologie pathologique. Barraqué vient d’achever l’écriture de sa Sonate pour piano commencée deux années auparavant.
Barraqué est pratiquement un enfant du pays et il fait découvrir sa Bretagne au poitevin Foucault. Ils sont amis depuis quelques mois seulement. La liaison, passionnelle et orageuse, de ces deux écorchés, dont ce texte fait résonner quelques échos, durera jusqu’en 1956, Barraqué prenant l’initiative de la rupture.
D’après documents et témoignages familiaux, l’auteur, tout en restituant les pompes et les œuvres de ce coin de Bretagne au tout début des années 50, fait valoir les paris idéologiques et culturels, entre doutes et espoirs, des jeunes Foucault et Barraqué, qui, malgré leur actuelle différence de notoriété, deviendront tous deux d’importants novateurs dans la pensée et dans l’art du XXe siècle.

Christian-François de Kervran est le pseudonyme d’un universitaire et essayiste, fin connaisseur de la Bretagne et de son folklore. Il a publié des études sur poètes et romanciers de l’Ouest, entre autres Tristan Corbière, Max Jacob et Henri Queffélec.

À propos du Bulletin mensuel de décembre 2015

Plusieurs internautes nous ont signalé ne pas pouvoir télécharger le bulletin mensuel de décembre 2015. Nous avons examiné ce problème fâcheux, qui se posait avec quelques navigateurs et pas avec d’autres, et pensons l’avoir résolu aujourd’hui.
Il en va du reste de même pour le fichier « Xavier Mayne, romancier français ? » qui est désormais téléchargeable quel que soit le navigateur utilisé.
Merci aux internautes qui nous ont signalé ces problèmes et merci d’avance à ceux qui nous signaleraient toute difficulté de même nature.

NB : Dans l’article nécrologique du BTQ-F 1 concernant Willem van der Molen, le lapsus calami « pasteur Edouard Brongersma » au lieu de « sénateur Edouard Brongersma » n’a été corrigé que le 5 mars 2016.
La Bibliothèque de Willem van der Molen a été léguée non pas à la Bibliothèque Royale de La Haye, mais à la bibliothèque et archives spécialisées Homodok à Amsterdam. Cette information a été corrigée dans le BTQ-F 1 le 21 mars 2016.

Bulletin trimestriel n° 1 de 2016

BT1
Sommaire du BTQ-F 1

[Histoire des mœurs] – Un passage sur les mœurs turques de l’Icon animorum (1614) de Jean Barclay.

[Histoire de la littérature et des arts] – Pablo Picasso et Max Jacob : un couple homosexuel ? Par Christian-François de Kervran.

[Nécrologie] – Willem Juurdsz [Guillaume] van der Molen (1940-2015) et la question du suicide médicalement assisté.

[Recension] – Jacques d’Adelswärd-Fersen – J.A.F. persona non grata par Gianpaolo Furgiuele. Éditions Laborintus, 2015, 313 p.

[Récit de Pierre Fuzel] – Nouveau regard sur le mythe de Peter Pan. – Anamnèse III : La voix.

Xavier Mayne, romancier français ?

❀ Nouveau : L’article concernant Xavier Mayne (pseudonyme d’Edward I. Prime-Stevenson) paru dans le premier numéro de la revue Inverses en 2001 (p. 47-57) et signé Raimondo Biffi & jean-Claude Féray est téléchargeable gratuitement ici :

XM romancier fr.

Triste nouvelle et terrible perte

Nous avons appris le décès à son domicile de Hilversum (Pays-Bas) de Willem (ou plutôt Guillaume, puisqu’il préférait la forme française de son prénom) van der Molen, le dimanche 27 décembre 2015 au matin.
Guillaume van der Molen a joué un rôle crucial dans la publication posthume, en 2009, du conte de Renaud Icard, Mon Page, et son amitié nous était devenue très précieuse. Nous consacrerons à sa mémoire un chapitre du prochain bulletin Quintes-feuilles (lequel, en 2016, sera trimestriel et non plus mensuel).

Bulletin du mois de décembre

Pour décembreSommaire du n° 35 – Décembre 2015

[Arts]
– De la disgrâce de l’aulos à la grâce des aulètes.

[Histoire des mœurs] – « Oh ! le beau petit lézard ! ». Une expertise psychiatrique de Legrand du Saulle.

[Arts] – Émile Picq et la danse.

[Recension] – L’enfant blond (1913) d’Edge Trémois.