Bulletin du mois de mai 2015

Paris pour mai

Sommaire du n° 29 (Mai 2015)

[Art et littérature] – « Que ne puis-je mourir pour te rendre à la vie ! » La mort d’Hyacinthe ou les limites de l’art.
[Relation avec nos lecteurs… (et humour)]=> Au sujet de notre billet lors de la semaine de la langue française. => Encore un trèfle quintéfoliolé !  => Manifestations de sympathie : point trop n’en faut !
[Bibliographie ] – La Mothe Le Vayer sur « l’amour d’homme à homme ».
[Photographie et littérature] – À propos d’une exposition, à l’hôtel Sofitel de Siem Reap, de photographies d’Angkor prises en 1929 par… Georges Portal.

 

Mise à jour de la biographie de Jacques d’Adelswärd

pour OgrincWill H.L. Ogrinc a, une nouvelle fois, mis à jour son étude sur le baron Jacques d’Adelswärd-Fersen « FRÈRE JACQUES: A SHRINE TO LOVE AND SORROW. Jacques d’Adelswärd-Fersen (1880-1923) ». Il s’agit de la quatrième version revue et augmentée. Le fichier est téléchargeable gratuitement à la même adresse de notre site (voir plus bas, page 2).

Bulletin du mois d’avril 2015

pour avrilSommaire du n° 28 d’Avril 2015


[Bibliographie]
– Complément à une note de notre édition d’Antone Ramon au sujet de Catulle Mendès et de Méphistophéline.
[Bibliographie] – Contenu détaillé de la 2ème lettre ouverte de K.M. Kertbeny au Ministre prussien de la Justice (suite et fin).
[Littérature ] – François-René de Chateaubriand sur l’amour des garçons.
[Bibliographie] – L’analyse historique et sociologique de la mise à l’écart de la « question pédophile » par les mouvements de libération homosexuels se poursuit.

 

14 mars 2015 : Il y a 200 ans naissait Claude-François Michéa

Michéa 200 ansRegistres de la Commune de Seurre (Côte d’0r)

Acte N° 50 – Naissance de Claude-François Michéa

L’an mil huit cent quinze, le quatorzième jour du mois de mars à dix heures du matin par devant nous Hugues Louis Delafolly premier adjoint du maire de la ville de Seurre, officier de l’Etat civil de la dite ville, chef lieu de canton Département de la Côte d’Or, ont comparu Pierre Michéa, âgé de vingt-cinq ans, chapelier, demeurant à Seurre, lequel nous a présenté un enfant de sexe masculin né audit Seurre aujourd’hui à sept heures du matin, du mariage contracté au même lieu le quinze septembre mil huit cent treize avec Anne Clerc son épouse, et auquel il a déclaré donné le prénom de Claude François. Les dites déclarations et présentation faites en présence de Jean-Baptiste Touloure, âgé de quarante sept ans, commis de la Mairie demeurant à Seurre et de Claude Poulain, âgé de quarante cinq ans praticien demeurant aussi à Seurre et ont le père et les témoins signé avec nous le présent acte de naissance après que lecture leur a été faite.

Bulletin du mois de mars 2015

marsSommaire du n° 27 de Mars 2015


[Sculpture]
– Un autre groupe père-fils : Souviens-toi de Henri Allouard
[Bibliographie] – Contenu détaillé de la 2ème lettre ouverte de K.M. Kertbeny au Ministre prussien de la Justice.
[Histoire littéraire ] – Réaction mitigée de Paul Léautaud, sollicité par Jacques d’Adelswärd-Fersen pour collaborer à la revue Akademos.
[Critique artistique] – Commentaire d’Hippolyte Taine sur une statue d’éphèbe grec et sur la nudité masculine.

La biographie de Claude-François Michéa est parue !

Michéa

Si le nom du médecin aliéniste Claude-François Michéa (1815-1882) n’a pas été oublié, c’est presque uniquement en raison d’un fameux article dont il est l’auteur, sur Les Déviations maladives de l’appétit vénérien (1849).
Mais que savait-on de ce médecin ? Les érudits n’avaient, pour satisfaire leur curiosité, que deux sources documentaires : la notice de six pages que René Semelaigne lui a consacrée en 1932 dans le tome II des Pionniers de la psychiatrie française avant et après Pinel, et celle du Dictionnaire biographique de la psychiatrie de Pierre Morel (1996).
Or, la mention de son nom dans deux des « registres de pédérastes » conservés aux archives de la Préfecture de police de Paris, était particulièrement intrigante : s’agissait-il de soupçons et d’une méprise nés après la parution de son fameux article, qui mettait l’accent sur « l’amour grec » ?
Le livre qui paraîtra pour marquer le bicentenaire de la naissance de Michéa va, bien sûr, au-delà de la réponse à cette question. Comme son titre l’indique, cette biographie est un hommage au savant et au grand humaniste que fut Claude-François Michéa.

Bulletin du mois de février 2015

Sommaire du n° 26 de Février 2015

Image Fevrier[Histoire de la littérature] – La ténébreuse affaire Flamidien et ce qu’elle nous dit sur Émile Zola. II – Vérité d’Émile Zola.
[Reportage photographique] – La dernière résidence à Dijon, rue du Chaignot, de Claude-François Michéa ; la pietà de la maison voisine.
[Extrait] – Testez votre culture paidérastique.
[Histoire] – Une remarque sur l’innéité de l’homosexualité [avant la lettre] faite par un ecclésiastique sous Louis XIV.
[Citation] – Juvénal, entre ironie et prophétie.

L’auteur du Secret de Geri dans l’actualité !

beysson_sur_le_quai_de_la_garehd-c8a17-a0dd8On sait que le Lyonnais Louis Beysson (1856-1912), qui a rédigé à vingt ans, Geri, l’émouvante histoire d’amour qu’il vécut au collège, était aussi peintre. On l’avait appelé « le peintre des locomotives » à cause de son goût pour les gares et les chemins de fer.
Or, l’un de ses tableaux, de petit format (24×35), que le Musée des Beaux-arts de la ville de Lyon avait prêté au Musée Paul Dini de Villefranche-sur-Saône (pour une exposition qui devait durer jusqu’au 8 février prochain), a été volé le 25 janvier dernier. Le tableau s’appelait Sur le Quai de la Gare.
Merci au lecteur vigilant qui nous a fait part de cette très intéressante information, laquelle nous démontre indirectement la cote appréciable de cet artiste et de cet auteur délicat.

Bulletin du mois de janvier 2015

Ecrou

Sommaire du n° 25 de Janvier 2015

[Commémoration] – Le nom d’Amédée Guiard dans l’Anneau de la mémoire.
[Rectificatif] – La vraie chute de la nouvelle de Pierre Fuzel (cf. le BMQ-F de décembre).
[Libre expression] – La vérité qui sort de la bouche d’un enfant par B.L.
[Histoire événementielle] – La ténébreuse affaire Flamidien et ce qu’elle nous dit sur Émile Zola.
[Citation] – Pierre Drieu La Rochelle sur l’homosexualité en littérature.

Le livre sur Éric Simac est paru.

Eric-Simac

 

Kevin Dubout – Éric Simac (1874-1913) Un oublié du « mouvement de libération » homosexuel de la Belle Époque

Éric Simac, [pseudonyme du Dr Charles Guichard (1874-1913)] est l’un des rares médecins français qui, au tournant des XIXe et XXe siècles, ont voulu rompre avec l’analyse psychiatrique conventionnelle de l’homosexualité. Sa parfaite connaissance de la langue allemande lui a permis de mesurer le fossé qui séparait alors le discours médical des Français de celui des Allemands sur cette question – laquelle le concernait aussi à titre personnel. Aussi a-t-il joué un rôle de pont entre les deux pays sur ce thème.

Kevin Dubout nous révèle tout ce que nous savons à ce jour sur ce médecin au destin particulièrement tragique. Et il commente pour nous deux des publications les plus significatives d’Éric Simac.